Comment devenir champion

au jeu d'échecs  ?

 

Le jeu d'échecs étant socialement très valorisant et connu du monde des adultes de toutes origines, il incite à la communication. Il met en éveil une activité mentale intense et diversifiée qui incite l'enfant à se surpasser et développe sa capacité d'associer des idées et des pièces différentes, ce que les exercices traditionnels ne font pas émerger forcément et de manière évidente. En tant que discipline d'éveil, le jeu d'échecs participe à la structure de l'intellect et de l'émotivité, et sociabilise. Il prépare l'enfant à observer, comparer, analyser, expérimenter... puis, à décider. Il développe et fortifie le sens de l'objectivité, le sens de la preuve, le sens et le goût de l'invention. Le jeu d'échecs permet d'apprendre la rigueur des règles, tout en laissant aller sa créativité pour trouver de nouvelles façons de gagner en privilégiant la beauté du jeu et le plaisir de bien jouer !

 

"LE JEU D'ÉCHECS

N'EST PLUS LE JEU DES ROIS,

MAIS LE ROI DES JEUX !

C'EST UN OUTIL EXCEPTIONNEL...

QUI RESTE UN JEU.

TRÈS STRUCTURANT POUR LE JEUNE ENFANT,

LE JEU D'ÉCHECS APPORTE LA JOIE

DES RENCONTRES, L'ADAPTATION AUX SITUATIONS IMPRÉVUES,

DÉVELOPPE LA CAPACITÉ DE DÉCISION,

ET LA MAÎTRISE DE SOI. "

 

 

 

Ce jeu est fondé sur la symbolique des personnages,

et remet en scène une comédie dramatique

dans laquelle la conquête du ROI adverse est le but du jeu !

L'enfant comprend alors qu'il va vivre avec les autres

pour gagner.

Il apprend :
le repérage dans l'espace...,
les règles fondamentales avec les marches des pièces,

le mat, la notation algébrique, ...
la stratégie au travers le matériel,

la notion du temps et de l'espace,
l'équilibre des forces,
la tactique avec le clouage, l'attaque double, l'enfilade,

la découverte, l'enfermement des pièces.

Comme il l'a été dit, le Jeu d'Echecs est un outil exceptionnel pour le développement des facultés intellectuelles, émotionnelles, et physiques,

mais il reste un JEU.

Avec l'aide et le support du Jeu d'échecs, les objectifs pédagogiques atteints sont : 
L'éveil et le développement de l'intérêt et de

la motivation chez l'enfant.
Acquérir la concentration prolongée tout en développant l'imagination créatrice.

Faciliter la compréhension et la prise de risques.
Le maintien de l'attention en favorisant

la recherche d'idées tactiques.
Obtenir l'exigence de précision et de rigueur avant la prise de décisions.
L'aisance au sein du groupe et transmettre à son tour le plaisir de bien jouer

Il est très important d'aider le jeune joueur à approfondir sa pensée critique, à travailler avec méthode, car le jeu d'échecs exige comme tout sport de haut niveau, de la discipline, du travail, et de la rigueur pour réussir. Après une période plus ou moins longue, le jeune compétiteur doit être capable de prouver sa bonne compréhension des principes d'ouvertures et de milieu de jeu. C'est ainsi qu'il forme son propre jugement et qu'il construit son système de jeu. D'une manière générale, il faut continuer à encourager l'expérimentation, susciter le plaisir de la recherche d'idées dans le milieu de jeu, sans lesquelles il est impossible de devenir un grand joueur d'échecs.

 

Que se passe-t-il pour le jeune joueur ?
- La logique de l'affrontement au jeu d'échecs

est basée sur le questionnement et la compréhension

de l'action de l'adversaire.

- La gageure du jeune joueur est d'anticiper sur ce qui peut être fait, donc sur le FUTUR.
- A chacun de se coups et avant de jouer ses propres idées, votre enfant joue contre celles de l'autre.

Le jeune joueur apprend à contrôler ses émotions et ses peurs (le trac), à éviter la tentation de se fixer sur des schémas tactiques et stratégiques, car il doit d'abord évaluer les "Pourquoi ?" de chaque action de l'adversaire.
Pour cela, il allie discipline et rigueur afin de calculer toutes les conséquences possibles de ses choix, à plus ou moins long terme. Cette capacité à deviner l'Autre est très importante parce qu'elle lui permet de mieux comprendre les menaces qui peuvent le faire perdre. Le rôle de l'adversaire n'est pas de le mettre en valeur ou de le confirmer dans son propre savoir, il est véritablement là pour l'inquiéter, le déstabiliser, le déborder, ... le mettre Echec et Mat ! C'est seulement à partir d'une certaine expérience que le jeune joueur acquiert une maîtrise de son savoir dont il peut tirer avantage. A ce stade, on constate qu'il bénéficie d'un mode d'analyse, de décision et de fonctionnement parfaitement approprié au Jeu d'Échecs.

 

                                  Texte de Monsieur Roger Louvrier ST Mary

But du jeu

Le but du jeu est simple, puisqu'il s'agit de "prendre le Roi" adverse en créant une situation d'"Echec et mat,".
 Quand votre Roi est menacé par la position de l'adversaire sur l'échiquier vous êtes en position d'"échec".
Il peut parer la menace en capturant la pièce menaçante, en déplaçant le roi sur une case où il n'est plus attaqué, ou en interposant une pièce entre le roi et la pièce qui attaque (sauf si c'est un cavalier). Les règles du jeu imposent que l'échec soit paré immédiatement.
Quand votre Roi est menacé de telle façon qu'il n'a plus de moyen de se déplacer sans risqué d'être pris, vous êtes Echec et mat,... et vous avez perdu.
Remarque : si votre Roi ne peut pas se déplacer sans risqué d'être pris, qu'aucun autre coup n'est possible, mais qu'il n'est pas en situation d'échec, vous êtes pat, ce qui signifie que vous ne perdez pas la partie, il y a match nul.

REGLE DU JEU D'ECHECS

 

Le jeu d'échecs se joue à deux , sur un plateau composé de soixante-quatre cases, claires et foncées, nommé "échiquier".
Chaque joueur possède seize figurines de différentes formes, noires pour l'un, blanches pour l'autre, composées huit pièces et huit pions.

Une rapide présentation des figurines et de leur déplacement :

 

  • Le Roi, qui se déplace d'une case dans tous les sens.

  • La  Dame, qui se déplace librement de case en case et dans tous les sens.

  • Le Fou, qui se déplace librement sur les diagonales.

  • La Tour, qui se déplace librement à l'horizontale et à la verticale.

  • Le Cavalier, qui se déplace en L (une case+deux cases). Il peut "sauter" par-dessus d'autres pièces

  • Le Pion, qui se déplace à la verticale d'une case seulement, sauf pour son premier déplacement, où il peut avancer de deux cases directement.Un pion avance toujours, il n'a pas le droit de reculer, et la prise d'une pièce adverse se fait elle par contre en diagonale.

Il existe d'autres déplacements du Pion (prise en passant), de la Tour et du Roi (petit Roque), de la Dame et du Roi (grand Roque), appelés "coups spéciaux" .

En début de partie, chaque joueur a deux Fous, deux Tours, deux Cavaliers, un Roi, une Dame et huit Pions.